Banniere houlle 2016

L'école autrefois - Classe de Melle CASSEZ

un clic pour afficher en plein écran...DEBUT DE PROJET L’ECOLE AUTREFOIS ,
CLASSE DE CP DE L’ECOLE JULES FERRY DE HOULLE,
TEXTE ECRIT COLLECTIVEMENT PAR LES ELEVES PAR LA DICTEE A L’ENSEIGNANTE

Vendredi 29 janvier, Marie-Claude et Bernard sont venus dans notre classe, pour nous expliquer comment c’était l’école quand ils étaient petits.

Le matin, tous les enfants arrivaient à pied, même s’ils habitaient loin, ou même s’il pleuvait ou neigeait.

Dans la classe, il y avait des tables en bois un peu comme les nôtres. Dans les trous, il y avait des encriers. Pour écrire, les élèves utilisaient une plume qu’ils trempaient dans l’encre. C’était difficile parce qu’on pouvait faire des taches sur le cahier. Alors, on utilisait un buvard. Ils avaient aussi une ardoise à craie. Si elle tombait, elle cassait. Les élèves apprenaient la morale, le calcul, la lecture, des chants, des récitations et encore plein d’autres choses. Ils faisaient un tout petit peu de sport quand il faisait beau parce qu’il n’y avait pas de salle : ça n’existait pas.

Le midi, il n’y avait pas de cantine alors les enfants repartaient chez eux ou bien ils mangeaient chez des cousins, des amis ou chez des personnes qui accueillaient des enfants pour le repas.

Parfois à l’école, il fallait se mettre à l’abri, là où il n’y avait pas de fenêtres. C’était la guerre. Des avions faisaient tomber des bombes sur le village de Houlle. C’étaient les Anglais qui se trompaient car ils voulaient bombarder le blockhaus d’Eperlecques (le blockhaus c’est un bâtiment en béton construit par les Allemands et dans lequel ils devaient fabriquer des armes).

Il n’y avait pas beaucoup de choses à manger : on pouvait manger tout ce qu’on trouvait dans le village, par exemple du poisson, des pommes, du lait, des œufs (parce que presque tout le monde avait des poules) et un peu de viande. Le pain était bis (gris-marron) et pas très bon. Il n’y avait pas de marché ou de supermarché. Pour boire, on tirait l’eau à la pompe et il fallait la faire bouillir pour tuer les microbes avant de s’en servir.

Bernard nous a expliqué qu’il n’avait pas pu aller beaucoup à l’école. Il habitait à Eperlecques. Au tout début de la guerre, son maître a dû partir combattre. Après son école a été occupée par les Allemands et ensuite en partie détruite.

Marie-Claude se rappelle aussi des chants et des jeux qu’elle a appris à l’école. Nous allons essayer d’en rechanter et de rejouer à quelques uns.

Pour dire merci à Marie-Claude et Bernard, nous leur avons offert des dessins.

                                                                                                                                       LES ELEVES DE CP